Cat’s Eyes « A dream in red mansions”

Cat_s_eyes_a_dream_in_red_mansions

L’Electro fusion de Cat’s Eyes est de retour dans un voyage musical qui explore le roman chinois du 18° siècle de Cao Xueqin «  A dream in a red mansions » – Rêve dans le pavillon rouge.

La virtuose de la flute traversière tisse un univers musical électro incluant des notes asiatiques pour ce rêve dans le pavillon rouge qui fait suite à l’album « Nomade ». La peinture musicale de marine Thibaut s’exprime dans des nuances très subtiles, et relève de plus en plus avec un talent indéniable, du paysage musical, voire de la musique de film. Ce qui est un indice révélateur pour le voyage musical proposé, fiction auditive aux accents asiatiques.

Cat’s Eyes « Flashback » :

catseyes

Liste des titres :

  1. Prelude
  2. The Giant
  3. Flashback
  4. The supreme vanity’s mansion
  5. The secret
  6. Silk Road
  7. Apparition
  8. Ghost
  9. The Grandmaster
  10. Mamie
  11. A dream in red mansions
  12. Tantan

«  A dream in a red mansions », est l’un des quatre grands romans classiques de la Chine. Il a été écrit vers le milieu du 18ème siècle, pendant la dynastie des Qing. Il est considéré comme un chef-d’œuvre de la littérature chinoise et est généralement reconnu comme le summum de la fiction chinoise. C’est une chronique d’une famille noble du XVIIIe siècle dont la splendeur des jardins enchanteurs, des pavillons de plaisance, et la vie quotidienne de raffinements les plus sophistiqués cachent les réalités de la décadence et l’autodestruction.

Lors d’une promenade dans une ruelle de Chine, Cat’s Eyes a été profondément touchée par un flutiste jouant une mélodie majestueuse. Émue aux larmes, elle emporte le disque nommé « Le pavillon rouge ». C’est le livre du célèbre roman chinois de Ciao Xuequin évoquant les aventures de créatures célestes réincarnées en humains pour vivre leurs passions amoureuses…

Ce qui nous fait un étrange parallèle avec « le livre d’Enoch« , et les anges déchus pour avoir été séduit par les femmes, et enfanter des géants responsables du mal sur la terre.

Cat’s Eyes “The Giant”:

Les cultures se croisent dans cet univers romanesque cosmico angélique, on saisit mieux pourquoi cette musique est insaisissable. Ondulant entre basses rondes et rythmiques aiguisées, ses pulses électroniques métisses nous bercent sur fond de sonorités chinoises. Cat’s Eye tisse des liens entre Dance-floor et onirisme.

Cat’s eyes « Flashback » :

Teinté de confucianisme, bouddhisme et taoïsme, son album et ses textes invoquent les esprits, le destin et les amours imaginaires. Il nous promène dans des tableaux emprunts de pureté céleste nous arrachant provisoirement à nos conflits terrestres.

« Chemins de nuit, chemins de soleil, nos étoiles sont les mêmes. Nous vibrons ensemble, quelles que soient les formes qui nous séparent. »

Cat_s_eyes_a_dream_in_red_mansions2

« Flashback », « Apparition », « Ghost », « A dream in red mansions », « Mamie » (qui est un titre dans lequel charlotte Savary compose une chanson pour aider les défunts à rejoindre le ciel), autant de titre évoquant l’immatériel, les esprits, les phantasmes (Fantasme vient du grec phantasma qui signifie apparition, fantôme, hallucination visuelle et qui est dérivé de phainein signifiant rendre visible, faire briller), la musique comme une passerelle vers d’autres mondes, Chanelling musical ou ésotérisme électro, combiner à une douceur, un raffinement et une féminité qui colore à merveille le roman chinois et les itinéraires de la flutiste.

La chanteuse et poétesse Xue Sujuan interprète des poèmes de Li-Shang-Yin sur les titres « Flashback », « The Secret » et « Silk Road ». Un mélange novateur entre électro et opéra chinois.

a_dream_of_red_mansions

Dans le roman de Cao Xueqin, la belle musicienne Lin et le jeune Jade s’aiment en secret. Mais la famille du garçon refuse leur union et use de mille et une manigances pour les séparer afin de promettre ce dernier à une épouse plus traditionnelle. Seulement c’est en pensant bien agir que l’aïeule et chef de famille conduira toute la maisonnée à sa perte…

Ode à la liberté, à l’émancipation et à l’amour, Cat’s Eyes s’inspire de toutes ces voies passées sous silence et dont le destin s’est vu brisé par la bêtise des conventions. Elle imagine alors un monde au-delà, ou les chants d’amour s’entremêlent dans une forme d’existence que personne d’autre ne peut atteindre…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *