Israel Vibration

Israel Vibration « Reggae Knights »

Défendant comme à leur habitude les valeurs traditionnelles du Roots Reggae, l’album qui fut à la base produit pas les 12 tribus d’Israel livre 14 pistes de bon Roots, produit par leur fidèle ingénieur du son « Christophe Daley » qui a produit l’album de Burning Spear de 2009 qui fut couronné d’un Grammy. Le groupe s’est également entouré du saxophoniste de génie Dean Fraser pour la direction artistique des cuivres et des guitares, et de Steve Golding d’Original Roots Radics pour les arrangements. Les Chœurs on été orchestré par Grug Cooper.

 

1. My Master’s will

2. Dig Up the ground

3. Take it Slow

4. If you do bad

5. Haile I

6.  Walla Walla

7. New York City

8. Poor and Humble

9. Bad Intention

10. Old Town

11. Rip and Run off

12. Cantankerous

13. Slammer

14. Original Gangster

 

Un album qui fait suite à « Stamina » parut en 2007.
« Reggae Knights » débute magnifiquement avec le titre de Cecile Spence « My master’s will ».

Le 2° titre « Did up the Ground » de Lacelle est tout aussi bon, la douceur de la voix de Lacelle Wiss contraste harmonieusement avec le timbre plus haut de Skelly.

A noter que chaque titre est une composition soit de Lacelle Bulgin surnommé Wiss, soit de Cecile Spence surnommé Skelly, les deux compères se sont répartis l’album en faisant une chanson chacun à tour de rôle.

« Take it slow »  : {play}images/israel vibration take it slow.mp3{/play} qui exprime le fait que la vie n’est pas facile : « Cost of living ain’t easy, So many obstacles we know»

Les bonnes tunes s’enchainent et le 4° titre intitulé « If you do bad » ne fait pas exception chanté par Lacelle Wiss Bulgin qui ne possède bien sur pas les harmonies vocales aussi hautes que Skelly mais qui nous livre un titre dans son style plus méditatif.

Skelly nous livre d’ailleurs un excellent Nyahbinghi intitulé « Haile-I » : {play}images/israel vibration haile i.mp3{/play}

Le groupe enchaine avec un « Walla Walla » de facture classique, simple et efficace, une tune taillé pour le live.

Arrive ensuite « Bad Intentions » leur premier titre qui fut enregistré à la base en 1976 et qui est ici réenregistré pour la 1° fois, il était sorti uniquement en single à l’époque.

« Old Town » est également un bon roots, ainsi que « Cantankerous » qui est un retour vers les racines du Mento et dans lequel Wiss et Skelly  décrivent la perception que les Colons Anglais ont des Jamaïcains.

Dans le dernier titre « Original Gangster », ils détournent le Dancehall pour critiquer le mode de vie d’une génération en perte de repère.

Wess et Skelly sont restés fidèles à leurs idées et leur ligne de conduite résolument pacifiste et tournée vers l’amour des gens et de la vie. L’album sonne résolument Roots et nous ramène vers cette musique Jamaïcaine des années 70 que l’on aime.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *