Jazz around the world

Sorti le 27 octobre 2009, Putumayo nous offre un tour du monde du Jazz, une musique né aux Etats-Unis qui puisent ses racines en Afrique.

  1. Chantal Chamberland • La Mer
  2. Niuver • Quiereme Mucho
  3. Blick Bassy • Donalina
  4. Kora Jazz Trio • Chan-Chan
  5. Heather Rigdon • Young and Naive
  6. Kad • J’aime Mon Lit
  7. Sherele • Polka Dot Blues
  8. Kataraina Pipi • Te Reo o Papatuanuku
  9. Keletigui Diabate with Habib Koite • Summertime at Bamako
  10. Billy Cobham and Asere • Destinos
  11. Hugh Masekela with Malaika • Open the Door

L’album commence avec la chanteuse Francophone du Québec Chantal Chamberland, venant de Montréal, elle fait une très bonne reprise de « la mer » : {play}images/jazz around the world la mer.mp3{/play}
de Charles Trenet de 1940. Un titre qui a était reprit dans sa version anglaise « Beyond the sea« par Bobby Darin en 1960 et George Benson en 1980, ce qui a participer à populariser ce morceau outre Atlantique.

Dans la même ambiance que l’on pourrait qualifier de Jazz Lounge, Heather Rigdon la chanteuse du Missouri installé à Nashville a sorti un album « Young and heavy ».

S’en suit « Quiéreme mucho« , de la chanteuse Cubaine « Niuver« , un titre écrit par le Cubain Raul Paz, puis « Donalina » de Blick Bassy, un jazz qui nous vient de Yaoundé du Cameroun.

Dans un style plus rythmé, Kora Jazz Trio nous livre un « Chan Chan » : {play}images/jazz around the world chan chan.mp3{/play}
aux accents Salsa de l’Afrique et plus particulièrement du Sénégal, à l’image de l’orchestre national Sénégalais Baobab de Salif Keita. Kra Jazz trio est composé du Griot joueur de Kora, Djeli Moussa Diawara, du pianiste Abdoulaye Diabaté et du percussionniste Moussa Cissoko, un groupe qui compte trois albums.

Le joueur de Balafon Malien Kélétigui Diabaté joue « Summertime at Bamako« avec Habib Koité.

L’excellent « Polka dot blues » de Sherele qui est un quartet de Guadalajara au Mexique qui réinvente la musique Klezmer, musique des communautés Juives d’Europe de l’Est, ou l’exotique « Te Reo o Patatuanuku » qui signifie « Les voix de notre mère la terre », de Kataraina Pipi des îles du Pacifique.

L’album se termine sur le titre « Open the door » du Sud Africain Hugh Masekela, extrait de son album « Revival » de 2005.

Putumayo nous offre comme à son habitude un voyage musical plein de saveur, de rythme et de douceur.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *