La gloire des rois Kebra Nagast, Traduction de Gérard Colin

kebra_nagast_la_gloire_des_rois_dethiopie

Gérard Colin, La gloire des rois (Kebra Nagast). Épopée nationale de l’Éthiopie, Genève, Patrick Cramer, 2002, 117 p. (Cahiers d’orientalisme 23)

Le Kebra Nagast (ክብረ ነገሥት, «Gloire des rois» en ge’ez) est un récit épique du début xiv° siècle, rédigé en ge’ez. Il relate la rencontre entre la reine Makeda de Saba et le roi d’Israël, Salomon, et les aventures du fils qui naît de leur union, Ménélik, qui emporte l’Arche d’alliance jusqu’en Éthiopie. Ce mythe fondateur de l’Abyssinie médiévale a largement inspiré le mouvement rastafari. Le sujet central est la rencontre entre la reine Makeda de Saba et le roi d’Israël, Salomon. De cette union est né un fils Ménélik qui aurait emporté avec lui l’Arche d’alliance du Temple de Jérusalem vers l’Éthiopie.

L’ouvrage de Gérard Colin propose la première traduction intégrale en français. Une introduction courte mais concise retrace d’abord l’histoire de la littérature éthiopienne depuis la période antique et replace la naissance du Kebra Nagast dans le contexte littéraire moyen-oriental et universel de l’époque, évoquant les grands textes développant des thèmes communs avec le Kebra Nagast. Puis elle situe le texte dans son contexte religieux éthiopien, insistant notamment sur la notion de Sion, centrale dans l’œuvre, et sur la métaphore liant organiquement la Vierge marie à l’Arche d’alliance. Enfin, G. Colin qualifie le style littéraire du texte Ge’ez du Kebra Nagast de « Prose somptueuse » voir pompeuse et explique ainsi l’usage d’un français légèrement archaïsant dans la traduction. Il expose de façon claire les particularités stylistiques du guèze ainsi que la structure complexe de l’ouvrage afin de permettre aux lecteurs de comprendre par quelles conventions typographiques le texte original est accessible sans que cela n’alourdisse inutilement le français. Vient ensuite la traduction, avec un apparat critique sobre limité aux citations bibliques et à quelques suggestions de traduction alternative. Seul un index des noms propres clôt le volume. Il s’agit avant tout de permettre aux lecteurs de savourer un texte essentiel de la culture éthiopienne.

Anaïs Wion. Le Kebrä Nägäśt, ‘La Gloire des Rois’, compte rendu critique de quatre traductions récentes. Annales d’Ethiopie, Maisoneuve et Larose, 2009, 24, pp.317-323.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *