Fondation de l’église Éthiopienne « période de conflit »

La montée de l’Islam et son impact sur l’Éthiopie

La période suivant la montée et l’expansion rapide de l’Islam dans le proche et le Moyen-Orient était très critique pour le royaume Chrétien d’Axsum. L’ensemble de la civilisation et la culture d’Axsum, aussi bien que sa vie économique, était basé sur ses raccordements maritimes internationaux, depuis que les Ptolemées avaient pris un intérêt scientifique et économique dans la région de la Mer Rouge, Axsum était devenue partie intégrante du monde Hellénique. Axsum a tenu également la même position durant les empires Romains et Byzantins. Ce n’était en effet pas une coïncidence que l’église d’Axsum ait été établie juste après que l’empereur Constantin ait fait du Christianisme la religion d’état de ses dominions Byzantins. Il ne semble pas y avoir de doute, maintenant, qu’il y ait eu beaucoup de Chrétiens Ethiopiens et étrangers résidant dans le royaume Aksumite, même avant l’établissement formel de l’église. Mais l’étape essentielle prise par Ezana pour adopter la nouvelle religion et faire d’elle une église d’état, a suivie une décision impériale similaire à celle de Constantin. C’était également du bassin méditerranéen oriental que les premiers missionnaires Chrétiens sont venus à Axsum. Abuna Selama et d’autres, tels que les neuf saints venus du monde Byzantin, ont doté l’église Aksumite de ses vieilles caractéristiques. Ces contacts réguliers ont continués jusqu’au 7ème siècle, et tout développement important du monde Byzantin, économique, politique, et religieux, étaient également reflétés dans Axsum. En revanche, avec la conquête musulmane rapide, ces canaux historiques de communication ont été presque totalement coupés. L’Éthiopie Chrétienne a continué d’avoir un contact précaire seulement avec l’église d’Alexandrie.

Avant la montée de l’Islam, Axsum était un empire maritime et commercial étendu. Á son apogée, elle avait dirigée beaucoup de régions dans la partie du sud-ouest de la péninsule Arabe, à travers la Mer Rouge. Elle a contrôlé la terre du Beja, un peuple qui a habité l’Érythrée du nord et la partie nord-est de la république du Soudan. Dans l’ouest, la zone d’influence politique et militaire d’Axsum avait déjà atteint la vallée du Nil au 4ème siècle après. JC. Au delà du fleuve Takazz’e, la zone de Semien et également la région jusqu’au lac Tana étaient dans ses limites territoriales. En revanche, c’était dans le sud, dans les régions prédominément peuplées par les Agew du Tigrai, de Wa’ag, de Lasta, d’Anogot et d’Amhara, où l’héritage d’Axsum a découverte ses racines profondes. Quand elle était presque complètement exclue du commerce de la Mer Rouge, et ayant perdue ses orientations maritimes internationales, le royaume d’Axsum s’est tourné vers cet intérieur Agew, et a fait de cela le centre d’une culture Chrétienne distinctive durant les centenaires.

Axum Ethiopie

Les dirigeants d’Axsum avaient acquis de fortes prises dans ces hautes terres déjà avant l’établissement de l’Eglise Chrétienne dans le royaume. Ils ont envoyés de nombreuses expéditions de guerres et conquêtes en ces régions d’où ils ont obtenu tribut et un approvisionnement continu d’ivoire, d’or, et d’esclaves. Le gouverneur Axsoumite de l’Agew était responsable de la longue route caravanière vers Sassou, quelque part proche de Fazolgi dans l’est du Soudan, d’où Axsum a obtenu beaucoup d’or. Ces précieuses commodités étaient utilisées pour le commerce international à travers la Mer Rouge dans lequel Axsum était très active.

Après leur conversion à la Chrétienté, les rois d’Axsum ont consolidé leur pouvoir en établissant des églises et des colonies militaires dans ces hautes terres centrales. Il y a toujours aujourd’hui un nombre d’églises, plusieurs d’entre elles extraites de la roche vivante, au Tigrai et à Lasta, qui sont attribuées aux premiers rois Chrétiens d’Axsum.

Ces églises et camps militaires sont devenus des centres, encore plus, des mouvements de petits groupes de familles des parties les plus bondées de l’Ethiopie du nord. De cette façon, les zones aussi loin au sud que la région du Shoa au nord, étaient graduellement touchées par ces mouvements de populations lentes. Des traditions locales indiquent que déjà, dans les 10ème et 11ème siècles, un nombre de petites familles Chrétiennes isolées avaient été établies dans les districts de Menz, Merhabite, Muger, et Bulga, dans le Shoa du nord. Le fer de lance de l’expansion Axoumite peut être même plus au sud et à l’est. Ceci semble être suggéré par la distribution géographique de certains des langages sémitiques d’Ethiopie : L’Amharique, l’Argobba, l’Harari, le Guragi, et le Gafat.

Axum Ethiopie

Toutes ces régions dans lesquelles les axoumites étaient en expansion étaient originellement des terres païennes, et les gens ont parlé différents langages kouchitiques. Nous n’avons aucune date historique pour montrer comment ces gens ont vécu, et comment ils étaient socialement et politiquement organisés avant l’avènement de la loi axoumite. Quand les axoumites les ont conquis, en revanche, ils leur ont imposé leur propre religion, langage, et organisation politique. C’était cet impact axoumite sur l’intérieur Agew et Sidama de la région éthiopienne qui a abouti à la création d’un nombre de petits royaumes principalement païens dont nous avons des échos distants dans les traditions du début et de la fin de l’Ethiopie médiévale. Parmi ceux-là, étaient les unités politiques de l’Athagaw ( = Agew ) mentionnées dans les inscriptions des rois axoumites contre qui ils ont combattu de longues guerres de résistance ; Les Semenoï ( c’est à dire l’ancien peuple de Semien ) qui ont aussi combattu contre, et ont été conquis par les axoumites ; le royaume païen de Gojjam ( aussi d’origine Agew ), qui fut seulement intégré au royaume Chrétien d’Ethiopie dans le 14ème siècle ; et le légendaire royaume de Damot ( probablement habité par des peuples Sidama, ou kouchitiques du sud ), qui était encore très fort entre les 10ème et 13ème siècles dans l’ensemble de la région sud et sud-ouest du Shoa.

Le commencement de la dynastie des Zagwé :

Une des ces unités politiques, le royaume de Bugna dans le Lasta, a plus tard émergé dans le 12ème siècle comme le pouvoir unique le plus dominant dans la région, et a pris contrôle de l’empire intérieur qui était autrefois dirigé par Axoum. Les nouveaux dirigeants sont collectivement connu comme la dynastie Zagwé dans l’histoire éthiopienne et ils ont dirigé le monde du royaume Chrétien jusqu’au dernier quart du 13ème siècle. Le pouvoir d’Axoum, et sa suprématie commerciale dans la zone de la Mer Rouge, avait été pris premièrement par les perses et plus tard par l’immense empire musulman qui a dominé l’ensemble du Proche et Moyen-Orient, et l’Afrique de l’est. Les descendants des anciens dirigeants d‘Axoum ont ainsi perdu leurs ports de la Mer Rouge et beaucoup des bandes côtières semi-désertes, et ils semblent avoir concentré leur attention sur leurs provinces intérieures au sud d’Axoum.

Écrit par : Professeur Sergew Hable Sellassie et Professeur Tadesse Tamerat

Du livre : « L’ÉGLISE DE L’ETHIOPIE UN PANORAMA DE L’HISTOIRE ET DE LA VIE SPIRITUELLE » Addis Ababa – Decembre 1970.  Publication EOTC

Traduction officielle par Roots & Culture, Max, Yogi et  Arnaud Dorseuil.

Fondation de l’église éthiopienne partie 1

 église éthiopienne orthodoxe


0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *