Le livre d’Enoch et Akae Beka

Akae_Beka

Homage to the Holy Spirit

Nous allons vérifier le nouveau nom du groupe Midnite : « Akae beka », terme issu du livre d’Enoch. Cette étude nous donnera l’occasion de redécouvrir le livre d’Enoch l’Ethiopien, dont le contenu apocalyptique correspond à ces temps obscurs où, guerre et désolation s’accroissent intensément au Moyen-Orient, (Guerre Afghanistan, Irak (Al-Qaïda), Lybie, Syrie (ISIS), Palestine, Yémen, Jordanie, Liban…) et en Afrique subsaharienne.

Le fait que nous soyons à l’aube d’une troisième guerre mondiale prédite comme totale, le dérèglement de notre planète (disparition effrénée des espèces animales, pollution massive de l’eau, du sol, de l’air, des océans et de l’espace), nous place dans une période apocalyptique, proche des prophéties bibliques. Apocalypse – Révélation, le temps des révélations arrive, et cela a amené Benjamin Vaughn au changement du nom de son groupe.

Akae Beka « All we be »:

the_book_of_enoch_edited

I De Midnite à Akae beka :

Chose surprenante, en téléchargeant sur le site internet du groupe, la pochette du premier album d’Akae Beka intitulé « Homage to the land », il est écrit « The book of Enoch edited » à la place du nom de l’album (habituellement, il aurait été inscrit « Cover Homage to the land » par ex.). « Homage to the land » serait-il une piste pour aller vers ce livre apocalyptique et apocryphe de l’arrière-grand-père du patriarche Noé ?

Un autre indice pointant le livre d’Enoch se trouve sur le site du groupe http://akaebeka.com/ :

Akae Beka:

« I Enoch LXVIII and XCVI

Life changes, convictions, and revelations compel in this new name the Akae Beka

John 16:13, 14

Haile Selassie I example »

Vaughn Benjamin

Analysons de plus près cette citation énigmatique. Benjamin Vaughn cite clairement les passages LXVIII et and XCVI du livre d’Enoch, la bible en Jean 16 :13, ainsi que l’empereur d’Ethiopie Hailé Sélassié I.

Hénoch LXVIII correspond au chapitre 69 de la version de François Martin traduite sur le livre éthiopien et au chapitre 68 de la version de Robert Laffont. Il s’agit évidemment du passage du livre d’Enoch qui cite le serment d’Akae et de Beka. (Voir la partie de l’article : Aka’e et Beka dans le livre d’Enoch).

Hénoch XCVI : que l’on pourrait résumer en motifs d’espoir pour les justes et malheurs pour les pécheurs :

« Ayez confiance, ô justes, car les pécheurs seront bientôt anéantis devant vous et vous aurez sur eux le pouvoir que vous voudrez. Et au jour de l’affliction des pêcheurs, vos petits se dresseront et s’élèveront comme les aigles, votre nid sera plus élevé que celui du vautour. (…) Ne craignez donc pas vous qui souffrez, car il y aura un remède pour vous, une claire lumière luira pour vous, et du ciel vous entendrez la voix du repos. Malheur à vous, pécheurs, parce que votre richesse vous donnera l’apparence des justes, mais votre cœur vous convainc que vous êtes pécheurs, et cette parole témoignera contre vous pour rappeler les iniquités. Malheur à vous qui commettez l’injustice, la fraude et le blasphème : contre vous il y aura un mémorial en mal. Malheur à vous, puissants, qui par la violence opprimez le juste, car le jour de votre perte arrive ; en ces jours, au temps de votre châtiment, il y aura pour les justes des jours nombreux et bons

Jean 16 :13 : « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. »

« L’esprit de vérité », c’est l’esprit de sagesse qui est dans la bible un attribut divin, appellée « la sagesse divine » ou « sagesse créatrice » dans Proverbe, et dans le livre d’Enoch désigné comme Serment divin d’Akae ou de Beka.

La phrase « La vie et les convictions changent », signifie que c’est le moment, l’heure juste, pour le changement (rappelons-nous le nom de Midnite défini par Benjamin Vaughn « Midnite is one second », c’est seulement une seconde, un instant de changement de transition »).

Benjamin Vaughn parle de « révélation » ayant motivé le nouveau nom de son groupe (la vie et les convictions amènent des révélations). Le terme « révélation » est le terme employé pour signifier « apocalypse » dans la Bible. L’Apocalypse ou Apocalypse de Jean ou encore Livre de la révélation, également appelé Révélation de Jésus-Christ est le dernier livre du Nouveau Testament.

Lors d’un concert donné à Nevada City aux Etats-Unis en l’honneur du couronnement de Hailé Sélassié I, le 2 novembre 1930, Akae Beka justifie une nouvelle fois son nouveau nom en faisant clairement référence au livre d’Enoch, en début de la vidéo:

« Akae-oath eastablished by the instrumentality of the Holy Michael.

Beka – The principal part of the oath revealed to the holy ones ».

Ces deux phrases sont extraites du fameux chapitre LXVIII du livre d’Enoch, cité ici en anglais afin de mieux faire le lien avec l’intention de Vaughn sur la vidéo de son concert :

« This is the power of that oath; for powerful it is, and strong. And he established this oath of Akae by the instrumentality of the holy Michael. These are the secrets of this oath, and by it were they confirmed. »

«This is the number of the Kasbel; the principal part of the oath which the Most High ».

On note ici que le serment d’Akae est établit avec l’aide de Saint Michel, en anglais dans le texte « by the instrumentality » signifiant avec l’aide, et évoquant les instruments…de musique de l’archange Michel.

Le_Livre_D_henoch

II l’histoire du livre d’Enoch

Akae beka est un terme qui nous renvoie à la lecture de la troisième partie du livre d’Enoch.

Le livre d’Enoch, tout comme le livre des Jubilés, est un livre important à lire malgré les suspicions qu’il peut naturellement engendrer du fait qu’il ne soit pas compris dans le canon des textes révélés bibliques du judaïsme et du christianisme. Le fait qu’il ait été caché rajoute sûrement un attrait particulier, un mystère autour de ce livre depuis sa redécouverte au 19° siècle. Son importance tient du fait qu’il y est décrit l’origine du mal sur la terre et pourquoi chacun doit chercher à se libérer de cette emprise du mal.

« Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes ». Enoch 48:1

Le livre d’Hénoch, ou Hénoch éthiopien est un écrit de l’Ancien Testament attribué à Hénoch, arrière-grand-père de Noé. Mais il fut classé apocryphe par les juifs et les chrétiens : il ne figure donc pas dans la bible, et « pseudépigraphes » (ouvrage dont le nom de l’auteur ou le titre sont faux) par les protestants. Le Livre d’Enoch fut détruit avec zèle et acharnement et disparu totalement de la circulation pendant environ 1400 ans. Seule l’église éthiopienne orthodoxe Tewahedo a conservé dans son canon biblique les 81 livres. « Le livre d’Enoch » et « le livre des Jubilés » font donc naturellement partie du canon de la bible éthiopienne composé de 81 livres, depuis le IV° siècle. A noter que l’Ethiopie est la deuxième nation chrétienne au monde.

Eglise Bet Mikael, antichambre de la chapelle Selassie, Lalibela, Ethiopie

Eglise Bet Mikael, antichambre de la chapelle Selassie, Lalibela, Ethiopie

Cette version éthiopienne d’Enoch dont on connaît vingt-six manuscrits, appartient, en effet, à la Bible éthiopienne qui fut elle-même traduite du grec, selon la version de l’Eglise d’Alexandrie, entre le IVe et le VIe siècle après J.-C. Malgré ces états successifs d’un texte original perdu, rédigé probablement en araméen ou en hébreu, un spécialiste, Dillmann, estime que l’on peut se fier à la traduction éthiopienne, la seule qui soit complète : « Nous ne trouvons pas d’exemple que les Abyssins aient défiguré les livres de la Bible par de grandes additions ou interpolations.»

Le « Livre d’Hénoch » est cité formellement par l’apôtre saint Jude, même après l’apparition du christianisme, plusieurs Pères de l’Eglise, Tertullien et Priscillien, par exemple, l’ont tenu pour un livre canonique et prophétique. Au XVIe siècle, un prêtre éthiopien en parlait encore au savant Guillaume Postel comme d’un texte appartenant au canon de l’Eglise d’Abyssinie alors qu’après le IXe siècle, il ne fut même plus cité dans la littérature ecclésiastique occidentale.

Il a toujours été dit que le Livre d’Enoch portait chance à toute personne qui en possédait une copie. Cette légende vient sans doute de cette phrase d’Enoch au chapitre 48 de la version éthiopienne :

«Béni est l’homme qui portera et transmettra leur enseignement, car il sera libéré au jour du grand jugement».

Le_Livre_D_henoch_ethiopien

Le Concile de Laodicée :

Mais le livre d’Enoch fut dénoncé, maudit, banni et brûlé par les docteurs de l’église et disparu pendant plus d’un millénaire. Il fut officiellement écarté des livres canoniques et condamné comme hérétique par les pères de l’Église en 364 lors du Concile de Laodicée (canon 60). On ne sait rien de l’organisation, ni du nombre des évêques qui participèrent à ce concile. Cela correspond à une époque où l’église voulait définir le christianisme avec clarté, afin de le différencier et chasser certaines pratiques jugées non chrétiennes :

« Il ne faut pas que les chrétiens quittent l’église de Dieu pour aller invoquer les anges et faire des assemblées défendues. Si donc on trouve quelqu’un attaché à cette idolâtrie, qu’il soit anathème ». Canon 35

Le canon 60 du Concile de Laodicée classe définitivement plusieurs livres comme hérétiques et apocryphes :

Le Canon 60 liste les écritures retenues par l’Église, notamment les quatre évangiles canoniques constituant le nouveau testament, rejetant ainsi les autres textes dans la catégorie des Apocryphes.

C’est de l’Éthiopie que viendra la lumière. En effet, l’Éthiopie a conservé ces textes jugés apocryphes, pendant tout ce temps, ce qui au passage, n’a aucunement altéré la foi de son peuple, souvent montré en exemple. L’inquisition et l’obscurantisme des premiers siècles n’ont pas atteint l’Éthiopie. Le livre d’Enoch fait partie du canon de l’Ancien testament de l’Église éthiopienne orthodoxe. Il fait partie des 81 livres qui composent la bible éthiopienne. L’Ethiopie a gardé le livre d’Enoch dans son corpus biblique alors qu’il était considéré comme perdu, il était juste en Éthiopie.

L’ancienneté du Livre d’Enoch ne fait aucun doute. La découverte des manuscrits de la Mer Morte de Qumran a permis d’établir que le personnage d’Enoch était déjà une référence centrale dans la littérature cabalistique juive dès le début de l’ère chrétienne. Un livre parfaitement connu par Jésus Christ, ce qui ne serait pas étonnant, le prophète Enoch fut le premier à être enlevé au ciel par Dieu, la montée au ciel de Jésus semble fortement être dans la lignée de l’enlèvement céleste d’Enoch.

« C’est par la foi qu’Enoch fut enlevé pour qu’il ne vît point la mort, et qu’il ne parut plus parce que Dieu l’avait enlevé; car, avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu.» Hébreux 11:5

the_book_of_Enoch III Hénoch :

D’après les récits bibliques, Hénoch (également écrit Enoch) qui en hébreu signifie « initié » fut le septième patriarche d’avant le déluge, fils de Yared, père de Mathusalem, grand-père de Lamech et arrière-grand-père de Noé. C’est un patriarche de la bible, le septième avant le déluge, il représente la septième génération des hommes

Dans le livre de la Genèse, on trouve au chapitre 5 intitulé « Les patriarches d’avant le déluge » :

« Quand Hénok eut 65 ans, il engendra Mathusalem. Hénok marcha avec Dieu. Après la naissance de Mathusalem, Hénok vécut trois cent ans et il engendra des fils et des filles. Toute la durée de la vie d’Henok fut de trois cent soixante-cinq ans, Hénok marcha avec Dieu, puis il disparut car Dieu l’enleva. » Génèse, Versets 21

Non seulement le patriarche Enoch a vécu 365 ans, et « a vu tous les secrets des cieux » mais il est aussi le premier homme à avoir été enlevé de la Terre pour aller au ciel, comme le fut aussi le prophète Elie. Il fut « enlevé » par Dieu dans un char de feu et devint immortel. L’ascension du prophète Enoch est fêtée le 01 août en Ethiopie.

Enoch est monté aux cieux et à contempler le monde divin, il a étais informer sur la venue du Sauveur et sur la fin des temps et appris les secrets astronomiques. Hénoch initié cela signifie qu’il est dépositaire de toutes les doctrines secrètes, et qu’il a été instruit par Dieu de tout ce qui se passe sur la terre et dans les cieux, dans le passé, le présent et l’avenir. Il est connaisseur de tout ce qui arrive dans le visible et l’invisible. Il est celui qui a enseigné aux hommes l’écriture, les sciences et la sagesse, l’astronomie et le calendrier.

Selon le livre des Jubilés (4,23), Hénoch a été établi dans le jardin d’Éden comme scribe des jugements de Dieu.

Le_Livre_D_henoch_

Arbre généalogique d’Enoch :

Adam – Seth – Enos – Cainan – Mahaleleel – Jared – Enoch – Mathusalem – Lamech – Noé

Dans l’Islam, Enoch est le prophète Idrîss qui signifie « étudié » en arabe. Idrîss est évoqué dans le coran ou il fut élevé par Allah à un haut rang :

« Et mentionne Idris, dans le Livre. C’était un véridique et un prophète. Et nous l’élevâmes à un haut rang. » Coran, Sourate 19

D’après la Sunna, Idrîss était très sage et aurait vécu du temps d’Adam durant 308 années. Il fut le premier homme à utiliser la plume et également le premier tailleur. D’après Ibn Kathir, dans le livre intitulé « Histoires des prophètes », le père d’Idrîss se nommait Yéred, fils de Mahalalel.

IV Le livre des Jubilés :

Nous pouvons noter que de nombreux passages du « Livre des Jubilés », autre livre apocryphe conservé dans le canon biblique éthiopien, confirme le « Livre d’Enoch » dont par exemple celui-ci :

« Et dans la 4e semaine du 11e jubilé Jared prit pour lui une femme et son nom était Baraka, fille de Rasujal, une fille du frère de son père, et dans la 4e année de la 5e semaine du jubilé elle lui porta un fils et il appela son nom Henoc. Et il était le premier homme parmi les hommes étant nés sur terre qui apprit l’écriture et la connaissance et la sagesse et qui écrit dans un livre les signes du ciel selon l’ordre de leurs mois pour que les hommes connaissent les saisons des années suivant l’ordre de partition de leurs mois. Et il fut le premier à écrire un témoignage et qui témoigna aux fils des hommes parmi les générations de la terre et fit le décompte des semaines des jubilés, et il leur fit savoir les jours des années et plaça en ordre les mois et décompta les repos des années comme nous lui avons fait savoir. Et ce qu’il a vu dans une vision de son sommeil, ce qui était et qui sera, ce qui arrivera aux enfants des hommes à travers leurs descendances jusqu’au jour du jugement : il vit et comprit toute chose et écrit son témoignage et plaça le témoignage sur terre pour tous les enfants des hommes pour leurs générations. » Jubilés 11.

Dans d’autres passages des Jubilés, Enoch sera de nombreuses fois cité, ainsi que l’histoire des anges déchus, et le décompte du temps qui sont, entre autre, commun aux deux livres. Par exemple, « Le livre astronomique d’Enoch » (LXXII-LXXXII) fait l’apologie du calendrier juif contre le calendrier grec.

akae_beka_Benjamin_VaughnC’est la lune qui divise les temps avec une rectitude absolue ; l’un des signes de la justice est de ne pas errer dans le calcul des jours » (LXXXII-4). Ce qui nous donne un parallèle avec le désormais ancien nom de groupe Midnite, « Time is not counted from daylight but from Midnite » (Le temps n’est pas décompté par la lumière du jour mais à partir de minuit).

Les prophètes Elie et Hénoch

Les prophètes Elie et Hénoch

Akae Beka « Homage to the land » :

 V Le serment d’Aka’e et de Beka :

Voici le passage du livre d’Enoch ou est cité le serment divin appelé : Aka’e et beka, le chapitre LXVIII :

« Ceci est le nombre de Kesbel, le principal serment que le tout-puissant, du sein de sa gloire, a révélé aux saints. Son nom est Beka. Celui-ci demanda à Saint Michel de lui montrer le nom secret, afin d’en avoir l’intelligence, et afin de rapporter dans la mémoire le serment redoutable de Dieu ; et de faire trembler, à ce nom et à ce serment, ceux qui ont révélé aux hommes tous les secrets dangereux.

Tel est en effet l’office magique de ce serment ; il est redoutable et sans merci.

Et il mit ce serment d’Aka’e entre les mains de Saint Michael. 

Voici les effets de ce serment ;

Par sa vertu magique, le ciel a été suspendu avant la création du monde.

Par lui, la terre s’est élevée sur les eaux ; et des parties cachés des collines les sources limpides jaillissent depuis la création du monde jusqu’en éternité.

Par ce serment la mer a était fixée dans ses limites, et sur ses fondements.

Il a placé des grains de sables pour l’arrêter au temps de sa fureur ; et jamais elle ne pourra dépasser cette limite. Par ce serment redoutable, l’abime a été creusé, et il conserve sa place à jamais.

Par ce serment, le soleil et la lune accomplissent chacun leur course périodique, sans jamais s’écarter de la voie qui leur a été tracée.

Par ce serment, les étoiles suivent leur éternelle route.

Et quand elles sont appelées par leurs noms, elles répondent : Me Voici !

Par ce même serment, les vents président aux eaux ; tous ont chacun leurs esprits, qui établissent entre eux une heureuse harmonie.

Là se gardent les trésors des tonnerres et l’éclat de la foudre.

Là sont conservés les trésors de la grêle et de la glace, les trésors de la neige, de la pluie et de la rosée.

Tous ces anges conserveront et béniront le nom du seigneur des esprits.

Ils le célèbreront par toute espèce de louange, et le seigneur des esprits les soutiendra, les encouragera dans ces actions de grâce, et ils loueront, célèbreront et exalterons le nom du seigneur des esprits dans les siècles des siècles.

Et ce serment a été confirmé sur eux, et leurs routes ont été tracées, et rien ne peut les empêcher de les suivre.

Grande était leur joie.

Ils le bénissaient, ils le célébraient, ils l’exaltaient, parce que le secret du fils de l’homme leur avait été révélé. »

L'ange Michel terrasse le dragon

L’ange Michel terrasse le dragon

Le passage commence par « Ceci est le nombre de Kesbel ». Le texte hébreux originel pour « nombre » serait peqoudah, qui signifie à la fois nombre et fonction, et impliquerait une erreur du traducteur éthiopien. La fonction de Kesbel (kasbeel), serait de montrer aux anges le serment divin.

« Celui-ci demanda à Saint Michel de lui montrer le nom secret »

« Celui-ci » désigne Kesbel qui ne connaissait pas le nom secret de ce serment et le demanda à l’archange Michael (saint Michel). L’ange Kasbeel est un ange déchu puisqu’il est cité dans la liste des anges corrupteurs. Il « montrait aux saints la tête du serment » mais Kasbeel ignorait le nom secret de ce serment que Dieu avait confié au seul Saint Michael. Son envie de l’apprendre était grande tant il connaissait la puissance du seul fait de prononcer le nom secret. Sa curiosité causa sa chute (Henoch 69, 13-14). Ce passage du texte nous indique que l’on doit être digne pour entendre, pour connaître, le nom ineffable et indicible du serment.

« Le principal serment que le tout-puissant, du sein de sa gloire, a révélé aux saints. Son nom est Beka. » « Ce serment d’Aka’e »

Le fameux nom secret du serment divin, ou sagesse divine est donc Beka ou Akae.

Aka est lié à Dieu puisque le serment d’Aka est le « serment redoutable de Dieu » et puisque c’est Dieu qui donne le serment.

« Et il mit ce serment d’Aka’e entre les mains de Saint Michael. »

C’est le serment nommé Aka’e qui est révélée par Dieu à  l’ange Michael.

Ce redoutable secret a donc été confié à la puissance de saint Michael et non à l’ange déchu Kesbel. C’est Dieu qui donne le serment à l’ange Michel (Saint Michael ou Saint Michel). Michael, décrit dans la bible en XX, 5 comme « l’un des saints Anges, préposé aux meilleurs des hommes, à la garde du peuple » est désigné par Dieu en X, 6 pour faire «  disparaître toute oppression de la face de la Terre .»

« Tel est en effet l’office magique de ce serment ; il est redoutable et sans merci. »

L'ange Michel terrasse le dragon de l'apocalypse

L’ange Michel terrasse le dragon de l’apocalypse

Benjamin Vaughn en choisissant le nom d’Akae Beka veut rappeler l’existence de ce serment divin qui terrifie les anges déchus.

« Et de faire trembler, à ce nom et à ce serment, ceux qui ont révélé aux hommes tous les secrets dangereux ». 

Ce mystérieux serment possède une puissance presque sans limites. Personnifié par le nom inexpliqué d’Aka’e, il règne sur tous les esprits des éléments et veille à ce qu’ils suivent tous leur ordre et leur voie. Toute la réalisation de la mer et de la terre décrite dans la genèse est la réalisation du serment du seigneur, serment d’Aka’e.

La création des luminaires du jour et de la nuit, la description de la marche du soleil, de la lune, du vent, et des éléments est aussi est la réalisation du serment d’Aka’e.

« Par ce serment, le soleil et la lune accomplissent chacun leur course périodique, sans jamais s’écarter de la voie qui leur a été tracée. »

Le serment d’Aka, que l’on pourrait paraphraser en la parole de Dieu ou le verbe (logo) de Dieu, paramètre toutes choses, il est garant de l’ordre des choses, de l’harmonie qui crée le vivant…

Le serment d’Aka n’est pas sans rappeler le passage des Proverbes sur la sagesse créatrice dans « Proverbes, 8, 22 » qui est une sorte de personnification de la sagesse divine et qui fait de la sagesse un attribut divin :

« Le Seigneur m’a faite pour lui, (la sagesse créatrice) principe de son action, première de ses œuvres, depuis toujours. Avant les siècles j’ai été formée, dès le commencement, avant l’apparition de la terre. Quand les abîmes n’existaient pas encore, je fus enfantée, quand n’étaient pas les sources jaillissantes. Avant que les montagnes ne soient fixées, avant les collines, je fus enfantée, avant que le Seigneur n’ait fait la terre et l’espace, les éléments primitifs du monde. Quand il établissait les cieux, j’étais là, quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme, qu’il amassait les nuages dans les hauteurs et maîtrisait les sources de l’abîme, quand il imposait à la mer ses limites, si bien que les eaux ne peuvent enfreindre son ordre, quand il établissait les fondements de la terre. »

Benjamin_Vaughn_Akae_BekaConclusion :

La musique du serment d’Akae ou du serment de Beka est la musique des saints anges, tel Michael, une musique qui porte le nom du serment divin, duquel on doit être digne pour l’entendre.

« Dans ce temps-là, j’aperçus la source de la justice, qui ne tarissait jamais, et d’où s’émanaient une multitude de petits ruisseaux, qui étaient les ruisseaux de la sagesse. C’est là que tous ceux qui avaient soif venaient boire, et ils se trouvaient soudain remplis de sagesse, et ils faisaient leur demeure avec les justes, les élus et les saints. » Livre d’Enoch, Part 2.chap 21.

Ainsi, une ère nouvelle se dessine : la fin des Illuminati.

Notre époque correspond à la fin des temps des nations, prophétisé dans le livre d’Enoch et dans l’apocalypse de Saint jean qui annonce la venue de l’antéchrist et de la plus grande bataille entre les forces du bien et les forces du mal.

Que nous disent précisément ces révélations ? Lucifer va se faire adorer comme Dieu, à la place de Dieu par le biais de l’antéchrist, que son règne durera 42 mois dans le but de détourner le maximum d’âme afin de les envoyer en enfer.

Si on interpose cela à notre époque actuelle, les Illuminati (ou synagogue de Satan) sont au sommet de la pyramide et à la tête de la franc maçonnerie. Ils sont lucifériens et tirent leur puissance d’un pacte signé avec le diable, et des rites occultes de magie noire qu’ils pratiquent.

Les Illuminati préparent un gigantesque sacrifice humain planétaire, déjà à l’œuvre actuellement en Syrie, ou que l’on peut trouver en exemple dans l’énorme série de « false flags », répandus ces dernières années à l’échelle planétaire, comme la tuerie du Bataclan à Paris.

« L’heure est venue maintenant : les Anges du ciel placés sous l’influence de l’Archange Mikaël vont descendre et faire disparaître tous les démons reptiliens de la Terre.» Olivier de Rouvroy

Nous espérons que l’intégrité du mouvement des adeptes de la parole, du son, et de la puissance (Word Sound and power) va continuer à croître. Grâce à la puissance du Très-Haut nous ferons de notre mieux pour honorer le travail.

« Je ne pars pas jusqu’à ce que toutes mes contributions sont comptabilisées ». Benjamin Vaughn

Vaughn-Benjamin

Atelier d’écriture Roots & Culture

Dans cet article, nous avons utilisé indifféremment les différentes orthographes du nom d’ : Hénoch, Enoch

De même pour l’ange, archange Michel Michael, saint Michel, saint Michael

Source :

-« La bible de Jérusalem », ed. cerf, -« Le coran et la traduction en français », ed. tawhid. -« Histoire des prophètes », Ismaël Ibn Kathîr,  « Le livre d’Enoch » traduit sur le texte éthiopien, ed Arche Milano. -« The Book of Jubilees », R.H. Charles. –« Dictionnaire des Conciles », Sans auteur, ed.Gauthier Frères. – « Le saint ange Mikael et les mystères du livre d’Hénoch », René Alleau. -« Vocabulaire de l’angélologie d’après les manuscrits hébreux », Bibliothèque nationale. –« Anges, astres et cieux », Bernard Teyssedre.

Discographie Akae beka « Hommage to the land ».

Henoch

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *