Tintin, Milou et l'étoile mystérieuse

Sirius et le monde de l’enfance

Ces récits ne sont pas inventés simplement pour distraire. Derrière des images colorées, naïves ou humoristiques se trouvent de nombreux messages cachés. A travers des symboles, il s’agit de révéler l’apprentissage des valeurs de la vie, le passage de l’enfance à l’âge adulte, l’héritage du passé et l’espoir en l’avenir, le combat de la Lumière sur les Ténèbres, la notion de destin, etc. Des symboles universels que les enfants du monde entier peuvent reconnaitre ou décryptés. Le message devient alors initiatique, éducatif et philosophique. L’enfant va à la rencontre du monde qui l’entoure mais il ira aussi à la rencontre de lui-même.

Le roi Lion et Rafiki

1. L’étoile et l’homme

Dans les ouvrages destinés aux enfants (bande dessinées, contes, dessins animés, etc.), la référence aux étoiles est récurrente. Dans l’inconscient collectif, elles symbolisent des forces bénéfiques et protectrices ainsi que la victoire sur les pouvoirs maléfiques. Elles représentent les témoins lumineux du passé et pour certains peuples tels que les mayas, les étoiles sont les âmes de leurs aïeux. « […] tous les éléments lourds contenus dans nos corps ont été fabriqués par les étoiles. Elles sont nos ancêtres. L’histoire de l’Univers est celle de nos origines. Toute cette épopée cosmique de près de 14 milliards d’années débouche sur nous, les humains. Retracer la saga de l’Univers, c’est reconstituer notre propre généalogie cosmique. Mettre le nez dans les étoiles, c’est poser un autre regard sur soi-même. »  Dans le Timée, décrivant la genèse du monde physique et de l’homme, Platon enseigne que la raison d’être de la vision est non pas de trouver notre nourriture quotidienne, mais bien l’observation du ciel.

Rafiki

Nous trouvons beaucoup d’exemples dans les œuvres populaires où les étoiles sont invoquées par un des personnages. Le vieux sage Rafiki (« ami » en swahili), parrain de Simba dans le Roi Lion (1994) de Walt Disney, guide le lionceau à se poser « les bonnes questions » et à choisir le chemin de son destin. Toujours chez Disney, La princesse et la grenouille (2009), la princesse implorant « l’étoile du soir » comme son père lui conseillait de le faire.

La Princesse et la grenouille

Invoquer les étoiles, c’est mettre en connexion le royaume terrestre et le royaume céleste et s’imprégner de cette alliance. Appeler les étoiles par des prières ou des rituels, les implorer ou simplement les contempler nous ressource et nous rassure. Sources d’inspiration, symboles de nos origines et de l’énergie vitale, elles nous repèrent depuis la naissance de l’humanité. Elles nous aident à puiser en nous des réponses à nos multiples questions existentielles. Fidèles au poste, dans un lien de confiance sacré, les étoiles nous relient au divin et, en fin de compte, à nous-même, à notre essentiel. « En tant que mortel, je sais que je suis né un jour, mais quand mon regard suit la course circulaire des innombrables étoiles, mes pieds ne touchent plus terre ; […].»

Les contraintes de l’existence, notre quotidien d’adulte terrestre nous éloignent parfois de cette communion et ont fait de notre âme d’enfant insouciant un lointain souvenir. Dans son poème L’enfant et l’étoile , Catulle Mendès compare la vision des choses entre un enfant et un adulte :

« Un astre luit au ciel et dans l’eau se reflète.

Un homme qui passait dit à l’enfant poète :

-Toi qui rêves avec des roses dans les mains et qui chantes, docile au hasard des chemins, tes vains bonheurs et ta chimérique souffrance, dis entre nous et toi, qu’elle est la différence ?

-Voici répond l’enfant, levez la tête un peu, voyez-vous cette étoile, au lointain du soir bleu ?

-Sans doute !

-Fermez l’œil. La voyez-vous, l’étoile ?

-Non certes. « 

Alors l’enfant pour qui tout se dévoile dit en baissant son front doucement soucieux :

-Moi, je la vois encore quand j’ai fermé les yeux. »

2. Etoile du matin et Etoile du soir

« Regarde donc là-haut, ma sœur, disait Maximilien, comme l’étoile du soir brille d’un éclat pur et serein ! C’est la plus belle étoile de tout le firmament.

– Oui, en effet, elle est très belle, mais la riante étoile du matin est plus magnifique et plus admirable encore. Là-dessus une contestation s’éleva, et les deux enfants portèrent leur différend devant le père. Ce débat, leur dit-il, montre votre ignorance; vous croyez que ce sont deux étoiles, et ce n’en est qu’une seule, qui s’appelle étoile du matin quand elle paraît au commencement du jour, et étoile du soir quand elle se montre après le jour. Souvent pour ne pas s’être expliqué tout d’abord, on dispute longtemps, bien que l’on soit d’accord. La mère dit à son tour : dans un certain sens, Frédéric pourrait bien avoir raison. Il est vrai que cette belle étoile brille d’un éclat aussi pur le matin que le soir. Mais de grand matin nous sommes nous-mêmes plus gais et plus dispos qu’à l’heure tardive du soir, et pour lors il est très naturel que l’étoile du matin nous semble plus belle que celle du soir. Puisse donc ce bel astre, mes chers enfants, vous rappeler cette maxime: vaut mieux se lever plus tôt que d’attendre trop tard pour chercher le repos. »

Dans l’expression « prier sa bonne étoile », il est souvent question de « l’étoile du matin » et surtout de « l’étoile du soir. » À l’origine, les grecs la nommaient Éosphoros (« porteur de la lumière de l’aurore ») ou Phosphoros (« porteur de lumière »). Il s’agissait en réalité de la planète Vénus, qui était appelée, lorsqu’elle devenait « étoile du soir », Vesper par les Romains et Hespéros pour la mythologie grecque. Etoile du soir, espoir…

Chez les romains, l’« étoile du matin » correspondait à Lucifer, esprit de l’air, dieu de Lumière et de Connaissance. Lucifer signifie donc « porteur de lumière », du latin lux, « lumière », et  ferre, « porter ». Dans la première traduction de la bible en latin, la Vulgate, il est la transcription du mot hébreu Heylel, « Astre du matin » et est utilisé pour traduire le « porteur de lumière » du Livre d’Isaïe : « Comment es-tu tombé du ciel, étoile du matin, fils de l’aurore ? » (14.12). Présenté dans le Livre d’Hénoch comme un puissant archange déchu à l’origine des temps pour avoir défié Dieu, il est assimilé, au Moyen Age, à Satan (l’Adversaire) et au Mal, et devient alors proprement le contraire de ce que son nom signifie : le Prince des Ténèbres ! Sa révolte est considérée par les gnostiques comme celle de la recherche de la connaissance que Dieu voulait cacher aux hommes.

Durant les premiers siècles après Jésus Christ, l’expression « porteur de lumière » était aussi utilisée pour désigner le Christ : « Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs » (2 Pierre 1.19) ; « Moi, Jésus, j’ai envoyé mon Ange publier chez vous ces révélations concernant les Eglises. Je suis le rejeton de la race de David, l’Etoile radieuse du matin. » (Apocalypse 22.16.) ;  Christus verus Lucifer », signifiant : « Christ véritable porteur de lumière ».

Ishtar The Star

Ishtar

Tout comme Quetzalcóatl dans la mythologie Précolombienne, Ishtar, dans la mythologie Mésopotamienne est assimilée à Vénus, l’étoile du matin, l’étoile du soir : « C’est moi la reine du ciel, la déesse du crépuscule, c’est moi la reine du ciel, la déesse de l’aube ». Appelée aussi  « étoile du Berger », Vénus doit son nom à la déesse de l’amour et de la beauté dans la mythologie romaine. Elle est le symbole de la sexualité qui permet à l’espèce humaine de perdurer. Etant le troisième objet le plus brillant du ciel (après le Soleil et la Lune) et visible dans le ciel du matin (à l’est), avant le lever du Soleil ou dans le ciel du soir (à l’ouest), après le coucher de notre étoile, cette particularité facilitait l’orientation des bergers dans les temps anciens. L’étoile du matin et l’étoile du soir ont une symbolique particulièrement forte. Elles constituent l’axe du monde, sur lequel se basait les hommes pour se guider et calculer le temps. « Dieu dit : Qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel  pour séparer le jour et la nuit ; qu’ils servent de signes, tant pour les fêtes que pour les jours et les années » (Genèse 1.14).

Maya Mexique

Mais Vénus est une planète et non une étoile ! En effet, deuxième planète du système solaire d’une taille approximative à la Terre, elle brille autant car elle est recouverte de nuages blancs que le rayonnement solaire fait réfléchir. En Chine, Vénus est appelée la « Grande blanche » ou « Feu métallique ».

Alors quelle étoile, visible à l’œil nu, à la particularité d’être présente le matin et le soir ? Quelle étoile du matin, précède le lever du soleil en même temps que l’aurore en été et éclaire les fraiches nuits de l’hiver ?  Quelle étoile est inscrite depuis des milliers d’années dans la mémoire collective de l’humanité ?

3. Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel

Sirius A et B

Sirius A et Sirius B

• Un peu d’astronomie :

Vu de la Terre, l’étoile la plus brillante du ciel, après le Soleil bien sûr, se nomme Sirius ou Alpha Canis Majoris. Cet astre, âgé de 250 millions d’années est situé à 8,6 années-lumière de la Terre et est 20 fois plus grande que notre soleil.

Sirius est en réalité une étoile binaire. Observée pour la première fois en 1862, sa compagne, Sirius B, est d’un diamètre équivalent à la Terre. Si Sirius était de la taille de la Terre, Sirius B aurait la taille d’un pamplemousse. Pourtant, sa masse équivaut à plus de 90 % de celle du soleil ! Sirius B est donc très dense. Plus une étoile est chaude, plus elle est bleue, la température à sa surface est de 25.000°C, contre 10.000°C pour Sirius. Le champ gravitationnel de la naine blanche est 350.000 fois plus puissant que celui de la Terre, ce qui signifie qu’une personne de 68 kg pèserait 25 millions de kg à la surface de Sirius B ou encore, un centimètre de sa masse équivaut à 3,80 tonnes.

• La légende de Sirius

Répertoriées par Ptolémée dans son Almageste, Sirius se situe dans l’une des 48 constellations les plus anciennes, la constellation du Grand Chien. La légende raconte que Sirius fut le chien de chasse d’Orion, pourchassant le lièvre.

Légendes des étoiles racontées aux enfants, Orion et le ciel d’hiver

Observée depuis l’antiquité, Sirius est visible soit très tôt le matin (fin d’été – début d’automne), soit toute la nuit (fin automne – début hiver) soit le soir (fin hiver – début printemps). Elle disparait vers le solstice d’été du 21 juin. Le Soleil se rapproche de Sirius, jusqu’à entrer en conjonction avec elle début juillet. Autour de cette date, Sirius, étant situé nettement au sud de l’écliptique, est invisible à tout observateur de l’hémisphère nord, n’étant au-dessus de l’horizon que pendant la journée. L’observateur retrouve Sirius lorsqu’elle effectue son lever héliaque, c’est-à-dire sa réapparition dans les lueurs de l’aube.

Isis

Dans l’Egypte ancienne, ce lever héliaque coïncidait avec le début de la crue du Nil. La réapparition simultanée de l’étoile la plus brillante, que les égyptiens nommaient Sothis (« super-soleil »), et de l’eau avait une signification hautement symbolique. Les prêtres considéraient Sirius comme le soleil central avec une influence bien supérieure qui alimenterait notre propre soleil. « Sirius est l’étoile qui permet de compenser l’écart irrationnel du temps. Elle établit ainsi une année fixe ou Année de Dieu servant de mesure de référence permettant de noter exactement tous les mouvements du ciel. »

Le peuple Dogon que l’on trouve au Mali, accorde une importance fondamentale à ce système double. Sa culture et sa religion sont fondés sur cette étoile invisible à l’œil nu, Sirius B. « Ce sont les mouvements du Pô-tolo (Sirius B) qui maintiennent toutes les autres étoiles à leurs places respectives : on dit en effet que sans ce mouvement, aucune d’elles ne pourraient tenir. C’est Pô-tolo qui les contraint à conserver leurs trajectoires : elle règle notamment celle de Sirius. C’est pourquoi, soutenant en tournant sur elle-même et autour de Sirius, on dit qu’elle est le « pilier des étoiles ». »  L’existence d’un troisième élément, Sirius C reste aujourd’hui hypothétique. Mais Les initiés Dogons possèdent encore des connaissances qu’ils ne jugent pas utiles de dévoiler…

Le pouvoir d’attraction de Sirius en fait « certainement l’un des astres le plus proche du cœur des hommes. Aussi blanc qu’un diamant, ce fantastique phare cosmique a su tisser avec nos origines de véritables liens. Tel un fil d’Ariane tendu entre les premiers regards qui interrogèrent le ciel et ceux qui l’analysent aujourd’hui, elle est omniprésente tout au long de l’histoire de l’astronomie. »

Le chien

5.            Le chien et sa symbolique

Le chien et les créatures canines apparaissent de nombreuses fois dans les religions et mythologies sous des aspects multiples et contradictoires. Chaque culture n’ayant pas toujours tranché entre le positif et le négatif. Le chien est un gardien, il hurle à la lune et chasse souvent la nuit. C’est pourquoi, dans de nombreuses sociétés, il a été associé à la mort. Ainsi, pour la mythologie grecque, il est le gardien des Enfers, le Cerbère, empêchant les vivants et les morts de franchir la porte séparant les deux mondes. Pour les Musulmans, le chien est impur, à l’exception du lévrier qui est considéré comme un animal noble. Cette dualité a valu au chien un certains nombres d’expressions peu flatteuses : « un caractère de chien, un temps de chien, traiter quelqu’un comme un chien, avoir une vie de chien… ».

Idefix

Toutefois, le chien a un rôle de psychopompe c’est-à-dire, un « guide de l’homme durant la nuit de la mort après avoir été son compagnon durant le jour de la vie. »  Pour les Amérindiens, s’il meurt avant son maître, il l’attend dans le ciel afin de lui montrer le chemin à suivre. Dans la religion Perse, le chien est « l’esprit protecteur et bénéfique et le support des malédictions divines, ce qui lui fait rejoindre l’ange déchu.»  En Egypte, les gardiens cynocéphales comme Anubis, ont pour mission d’emprisonner ou de détruire les ennemis de la lumière. Pour les peuples du Niger mais aussi d’Océanie et chez les Navajos d’Amérique, c’est le chien qui aurait donné à l’homme le feu, source de vie. Pour les Aztèques, il est le feu lui-même tandis que chez les Mayas, il est le protecteur du soleil pendant la nuit. Enfin, au Tibet, il est le symbole de la sexualité et de la fécondité. « Le chien est lié à une trinité élémentaire terre, eau et lune, à symbolique végétative, féminine, sexuelle et divinatoire, aussi bien dans le domaine inconscient que pour le subconscient. »

Idefix

De nos jours, la littérature (Croc Blanc, Cujo, le chien des Baskerville), la bande dessinée (Milou, Rantanplan, Bill, Idefix, Cubitus, Snoopy), le cinéma (Beethoven, Benji, Patmol) et la télévision (Lassie, Belle, Rintintin, Rex), le dessin animé (Pluto, Scooby Doo, Droopy),  s’en inspirent toujours. Milou et Idéfix, petits chiens blancs gravitant autour du (ou d’un des) personnage principal peuvent être assimilés à la naine blanche Sirius B. Dans la représentation positive, les qualités du chien sont amplement reconnues. Compagnon loyal et dévoué, parfois jusqu’à sa perte, le chien, grâce à sa bravoure, son intelligence, son flair et son instinct aide le héros à se sauver de situations difficiles. Dans le bestiaire alchimique et philosophique, le chien  « symbolise le sage, ou le saint, qui se purifie lui-même en se sacrifiant et en se dévorant, pour accéder à la connaissance spirituelle ultime. »  En restant attaché et complice envers et contre tout à son maître, cet animal incarne la fidélité dans son sens le plus absolu. Dans l’Odyssée d’Homère ou Tristant et Iseut, Argos et Husdent sont les seuls à reconnaitre leur maitre Ulysse et Tristan après leurs années d’exils.

Gardiens des enfers et des lieux sacrés, gardien du foyer, le chien montre la voie au sens propre comme au sens figuré. Il est le trait d’union entre le monde terrestre et le monde céleste, entre le visible et l’invisible, entre les forces obscures et lumineuses, entre le monde des vivants et l’au-delà. Il est aussi le gardien du corps et de l’âme humaine. Comme une étincelle de vie, le chien est le symbole de l’énergie vitale, il représente les instincts que l’homme doit écouter et conserver. Il est le meilleur ami de l’homme et veille sur ses jours comme ses nuits.

Le lien avec la lumière, le feu et la vie se retrouve dans l’ardente Sirius. Cette étoile serait-elle la compagne idéale de l’homme, lui offrant protection et accompagnement au quotidien ? Dans la culture pour enfants et adolescents à travers le monde, Sirius est suggérée par de fortes allusions ou similitudes ou est clairement nommée dans le parcours « initiatique ».

6. La présence de Sirius dans la culture pour enfants

Micromégas :

Représentatif de l’esprit des Lumières, Micromégas ou voyages des habitants de l’étoile Sirius est un conte philosophique de François-Marie Arouet de Voltaire (1694-1778). Paru en 1752 à Berlin, il est un des premiers contes philosophiques perpétuant la mode des voyages extraordinaires. Voltaire œuvrera pour la tolérance, la liberté de penser et contre le fanatisme religieux.

Micromégas - Voltaire

Le personnage principal, Micromégas, vient de l’étoile Sirius. Mesurant plusieurs dizaines de kilomètres de haut, parlant mille langues, Micromégas est un savant très curieux avec une force de pensée et une puissance intellectuelle innées. La science est un passetemps pour lui, mais ses travaux de sciences naturelles, contestés par les autorités religieuses, le contraignent à l’exil. Il se met à voyager à travers l’univers à la quête d’un monde meilleur. Avec son compagnon, le secrétaire de l’académie de Saturne, ils poursuivent leur parcours initiatique à travers la galaxie, visitent Jupiter, Mars, puis ils échoueront sur Terre et découvrent les terriens. Par le biais d’un examen objectif, notre héros et son compagnon nous offriront une observation de l’espèce humaine.

A travers son nom, Micromégas le sirien induit une dualité infiniment petit/ infiniment grand. Ce voyage initiatique traite d’une question métaphysique opposant religion et science. L’homme doit esquiver la tentation de rechercher la vérité absolue : la raison du monde échappe à l’intelligence humaine.  Sirius symbolise ici le message que nous sommes tous acteurs de notre destin et tous auteurs de notre propre sens de la vie.

le aventure di pinocchio

Pinocchio :

En 1883, le franc-maçon Carlo Collodi (1826-1890), publie « Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino (Les Aventures de Pinocchio. Histoire d’un pantin) ».

Pinocchio Walt dysney

Pour les francs-maçons, l’étoile est « flamboyante ». Elle est le « symbole de la manifestation centrale de la lumière, du centre mystique, du foyer d’un univers en expansion », (Symboles 1969, p335).  « Avec la truelle le maçon étale le ciment, lie les pierres des édifices… Voici le marteau qui cloue les poutres et les chevrons… L’équerre et le fil à plomb donnent la direction de la ligne afin que le mur ne penche point; ceci est l’étoile à cinq pointes, image de l’univers créateur et de l’homme qui s’unit à la création… ». (ADAM, L’Enfant d’Austerlitz, 1902, p. 27)

Pinocchio et l'étoile

Cette histoire nous montre le parcours d’une marionnette de bois grandeur nature fabriquée par Gepetto. « Il était une fois… — Un Roi ! s’écrieront aussitôt mes petits lecteurs. Non, les enfants, vous vous trompez. Il était une fois un morceau de bois. » Dans le sens allégorique le bois appartient à un royaume au-dessus du minéral. En 1940, sort le dessin animé de Walt Disney (1901-1966). Surnommé le « Léonard de Vinci des temps modernes », il truffe son œuvre de messages, de symboles et de métaphores ésotériques.

Afin que son vœu d’avoir un « vrai petit garçon » se réalise, Gepetto prie l’étoile la plus brillante du ciel. Dans une étincelle divine, la Fée Bleue descend alors des cieux afin de donner vie à Pinocchio. Mais Pinocchio ne deviendra un vrai garçon qu’à la condition qu’il se montre digne de l’être. « Suis-je un vrai garçon ? » demande Pinocchio à la Fée Bleue, « Non, Pinocchio. Il ne faudra compter que sur toi pour réaliser le souhait de Gepetto. Montre-toi courageux, honnête et altruiste et un jour tu seras un vrai petit garçon ». Avec l’aide de sa « conscience », incarnée par Jiminy Cricket, Pinocchio traversera de nombreuses péripéties, combattra le vice, l’oisiveté et la convoitise, tentera de ne plus mentir et de lutter contre les tentations de la vie.

La fée bleu

•             La Fée bleue

Entourée de son halo de lumière, elle se matérialise une seconde fois lorsque Pinocchio est fait prisonnier dans une cage par Stromboli. Malgré les mensonges du pantin, elle accepte de lui donner une seconde chance et l’aide à s’échapper. Plus tard, la Fée Bleue apparaît de nouveau sous la forme d’une colombe, afin de délivrer un message à Pinocchio. Enfin, à la fin du film, on devine sa présence car c’est elle qui redonne une nouvelle fois la vie à Pinocchio, le faisant devenir cette fois-ci un véritable petit garçon. Dans le conte originel de Collodi, son nom était « la fée aux cheveux turquoises (Fata dai capelli turchini).» Celle couleur est apparentée à l’eau et image tout ce qui par nature ruisselle et ondule, ou créer une onde. L’oeil a l’impression que le champ visuel est régénéré par sa contemplation, cela vient du fait qu’il se dégage d’elle un sentiment de pureté unique. Les besoins naturels associés au bleu turquoise sont les besoins d’évolution et de transformation tout autant que le besoin de changement. En gaélique écossais, elle est aussi surnommée « Reul Ghorm », signifiant « Etoile bleue » et serait le pouvoir suprême originel, le plus puissant de tous. Le lien avec l’aura de la lumière bleue si particulière de Sirius est inévitable. Le bleu est symbole de vérité, comme l’eau limpide qui ne peut rien cacher.  L’étoile symbolisée par la Fée guidera le pantin dans sa destinée et lui apprendra à reconnaitre le bien du mal.

• Jiminy Cricket :

Dans l’œuvre de Collodi, ce personnage secondaire est anonyme. Dans la version Disney il devient un véritable partenaire humoristique et sage qui accompagne Pinocchio dans ses aventures. Venu par hasard se réchauffer dans l’atelier de Gepetto, Jiminy assiste à la transformation du pantin de bois en être animé par la Fée Bleue. Il est choisi comme la « conscience » de Pinocchio et reçoit un élégant costume. Mais malgré ses bons conseils, Jiminy a du mal à le convaincre de rester dans le droit chemin. Il accompagnera malgré tout Pinocchio au bout de ses aventures. A la fin du dessin animé, la Fée bleue décore Jiminy de l’insigne de « conscience officielle » représentée par une étoile dorée et scintillante.

Pinocchio et Jiminy Cricket

Walt Disney aurait baptisé ce petit personnage ainsi car, dans la langue de Shakespeare, l’expression « Jimney Cricket » était un euphémisme pour désigner « Jésus Christ ». Les criquets, autrefois appelés sauterelles, sont cités tout au long de l’histoire de l’humanité. Ils sont la huitième des dix plaies d’Egypte de la Bible : « […] Elles (les sauterelles) couvrirent la surface de toute la terre et la terre fut dans l’obscurité ; elles dévorèrent toutes les plantes de la terre et tous les fruits des arbres, tout ce que la grêle avait laissé et il ne resta aucune verdure aux arbres ni aux plantes des champs dans tout le pays d’Égypte […] » (Exode 10:13-14,19). Chacune des plaies constitue une victoire de YHVH sur les dieux égyptiens. Pour le prophète Joël, les invasions de sauterelle sont également un symbole de l’affliction divine et une invitation à faire pénitence. Dans le chine ancienne, les essaims de sauterelles était aussi le signe d’un bouleversement de l’ordre cosmique.  Toutefois, pour les chinois le grillon porte bonheur. Il représente la combativité et est un triple symbole de vie, de mort et de résurrection. Symbole de chance, « lorsque le grillon quitte la maison, cela ne présage rien de bon ».

En 1941, un oscar fut remis à la chanson (When you Wish Upon a Star) qu’interprète Jiminy Cricket. En juin 2004, elle fut classée par l’American Film Institute au septième rang des meilleures chansons de film de l’Histoire. Cette chanson est par la suite devenue l’hymne du studio Disney :

« Quand on prie la bonne étoile, la fée bleue ouvre son voile et vient accorder ce qu’on a demandé.

Quand on prie de tout son cœur, il n’y a pas de faveur qui ne soit bientôt une réalité !

Âmes tendres, cœurs tristes, cœurs aimants le destin bienfaisant sait vous comprendre

Essayez, faites un vœu car l’espoir est dans les cieux quand on prie la bonne étoile et la fée bleue… »

“When you wish upon a star, Makes no difference who you are, Anything your heart desires, Will come to you, If your heart is in your dream, No request is too extreme, When you wish upon a star, As dreamers do, Fate is kind, She brings to those who love, The sweet fulfillment of Their secret longing, Like a bolt out of the blue, Fate steps in and sees you through, When you wish upon a star, Your dreams come true.”

Tintin et l'étoile mystérieuse

L’étoile mystérieuse :

L’étoile mystérieuse, 10e album en couleur des aventures de Tintin, parait en 1942. L’auteur, Hergé (1907-1983) est, comme Disney, proche des milieux  ésotériques. Dans son œuvre, les mythes, les symboles universels, les rites s’y déploient. Hergé était fasciné par l’œuvre de Jung, pour lequel l’inconscient n’est que le reflet de vérités intérieures.

Tintin et l'étoile mystérieuse

Tintin et son fidèle Milou habitent au 26, rue du Labrador (encore le nom d’un chien apparait …). Un soir d’hiver, une étoile apparait dans le ciel et dégage une très forte chaleur. L’astre frôle de peu la Terre et un fragment s’est écrasé dans l’océan Arctique. Fort intrigué par ce phénomène, Tintin se rend à l’observatoire où il rencontre le professeur Calys. Celui-ci pense avoir découvert, grâce à une photographie spectroscopique de l’étoile, un nouveau métal qu’il nomme le calystène. Une expédition se prépare sur le navire Aurore à la quête de ce précieux métal inconnu. Mais un autre équipage entre en concurrence et tente de ralentir Tintin et son équipe. Il empêche l’Aurore d’être ravitaillée en mazout lors d’une escale. C’est là qu’intervient le chalutier Sirius et son capitaine Chester. Vieil ami du  capitaine Haddock, il fait transvaser ses fonds de mazout dans les cuves de l’Aurore et permet ainsi à Tintin et son équipe de poursuivre leur quête. Peut-on y voir un lien avec le lever de Sirius au mois d’août qui correspond au lever du soleil ? Malgré de nombreuses difficultés, Tintin accostera en hydravion sur l’aérolithe. Celui-ci a des particularités étranges, Tintin découvre que tout grandi démesurément et à une vitesse inouïe au contact de cet ilot (champignon, pommier, araignée, papillon). Cette curieuse matière contiendrait elle le germe de toutes choses ? L’aérolithe s’enfoncera progressivement dans l’océan mais Tintin parviendra à récupérer un morceau de ce précieux minerai qu’il ramènera en Europe. « L’étude de ce métal, dont les membres de l’expédition ont pu déjà constater les surprenantes propriétés sera, on s’en doute d’un prodigieux intérêt pour la science. On peut donc s’attendre, de ce côté à des découvertes sensationnelles. » (Page 62).

HMS Sirius

Le HMS Sirius, Dido classe croiseur léger de la Royal Navy, mis en service le 6 mai 1942.

Le Paquebot de Sirius dans Tintin

Le chalutier Sirius de Tintin dans l’album L’ile mystérieuse paru en 1942.

Nous retrouverons le chalutier Sirius dans l’épisode « Le trésor de Rackham le Rouge », ou Tintin et son équipe sont à nouveau à la recherche d’un mystérieux trésor au bout du monde, alors que celui-ci se trouvait tout près de chez eux…

Dans son ouvrage « Tintin, la clé alchimique de l’œuvre d’Hergé », Etienne Badot  nous dit: « L’étoile mystérieuse apparaît donc, en fait, comme doublement marquée par l’araignée : elle est l’étoile – Ariane – aimant, c’est-à-dire la matière première, mais elle porte aussi, à juste titre, le diadème, l’insigne de la royauté, car c’est effectivement de cette matière que l’on tirera le Roi, c’est-à-dire le Calystène, qui n’est autre que la Pierre philosophale. »

Suite de l’artice : Sirius et le monde de l’enfance Art.II

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *