Fukushima

Fukushima mon amour, ou Le début de la fin de l’humanité

Fukushima, Mon amour

Le nucléaire sera notre tombe, c’est une bombe à retardement, la catastrophe de Fukushima est en train de contaminer l’océan pacifique par la gigantesque quantité d’eau fortement radioactive qui s’échappe de la centrale nucléaire de Fukushima.

L’accident nucléaire est officiellement terminé depuis le 26 décembre 2011, pourtant il ne fait en réalité que commencer tant ses dégâts risquent d’être important et d’avoir des conséquences fâcheuses. On ne se débarrasse pas de la radioactivité comme ça.

Tenu par le secret professionnel et sous la main mise des médias, les officiels tendent à un discours rassureur pendant que la situation est ingérable et non géré.

Un journaliste japonais indépendant, Tomohiko Suzuki,  a mené sa propre enquête après avoir passé un mois sur le site, sa conférence de presse va à l’encontre du discours des autorités et dresse le constat d’une situation alarmante.

Contamination généralisée des écosystèmes, Le niveau de contamination radioactive de césium 137 des forêts du sud de la préfecture de Fukushima a atteint un niveau alarmant. Une très grande quantité d’eau fortement radioactive s’échappe dans l’océan Pacifique depuis maintenant 2 ans.

Fukushima césium 137 dans l'océanDe très grandes quantités de tritium, de césium et de strontium sont emmenées par la voie des eaux dans tout l’hémisphère nord. La côte ouest des Etats-Unis est particulièrement touchée. Ces substances toxiques circulent dans l’eau souterraine qui s’écoule dans la mer. Chaque jour, des quantités massives d’eau, 300 tonnes,  fortement radioactive issue de Fukushima empoisonnent l’ensemble de l’océan Pacifique. Le dommage qui est fait est absolument incalculable. Ces fuites représenteraient entre vingt et quarante mille milliards de entre mai 2011 et juillet 2013

A Fukushima, la pollution radioactive a plusieurs origines : les rejets radioactifs liquides en provenance du site accidenté, les retombées atmosphériques sur la surface de la mer et le transport de pollution par lessivage des terrains contaminés.

Une catastrophe qui pourrait toucher dans l’avenir des millions d’êtres humains et affectés leur santé, notre santé. L’agence de sécurité industrielle et nucléaire japonaise (NISA) a relevée l’évaluation de la gravité de la catastrophe de Fukushima au niveau 7, soit celui d’un accident majeur avec des « effets considérables sur la santé et l’environnement ».

L’agence de presse japonaise Kyodo ministère des Sciences japonais indique même que d’infimes quantités de strontium radioactif ont été détectées dans le sol et les plantes au-delà de la zone de 30 kilomètres autour de la centrale nucléaire de Fukushima Daichi. Or, c’est la première fois que du strontium, l’un des produits de fission les plus dangereux, a été détecté.

Nuclear World

Le césium, césium 137 :

En cas d’accident nucléaire, il constitue la principale source de contaminations à long terme. Le césium-137 a été répandu sur terre lors des essais dans l’atmosphère des armes atomiques.

Le césium-137 est une des principales sources de contamination radioactive lors des accidents de réacteurs comme ceux de Tchernobyl et Fukushima. Il est un sujet de préoccupation car sa durée de vie est longue et il voyage aisément à travers la chaîne alimentaire tout en continuant à émettre ses rayonnements. Des atomes de césium participent au cycle végétal, entrant dans les plantes par les racines et retournant à la terre quand la plante meurt.

Tepco Tokyo Electric Power a indiqué que les échantillons prélevés ont montré des niveaux cancérigène de césium 134, plus de 90 fois supérieurs à ce qu’ils étaient. Sur le long terme, la contamination se fait surtout par ingestion et absorption gastro-intestinale. Le césium est ensuite transporté par le sang et tend à se fixer à la place de son analogue chimique, le potassium.

Le césium peut faire de gros dégâts quand il pénètre dans le corps. En zone contaminée, le lait maternel contient du Césium 137, et celui-ci passe dans le sang et l’organisme du nouveau-né.

Fukushima Green PeaceUne catastrophe écologique et humaine qui fait suite à un Tsunami qui endommagea la centrale. De l’eau douce à été injectée sur les réacteurs pour les refroidir. 400 tonnes d’eau contaminé ont été stocké dans des réservoirs souterrains qui présentés des fuites. Les eaux radioactives se sont déversées dans les nappes phréatiques, puis dans l’océan.

Un océan qui a le dos large, puisque Il a essuyé les essais atmosphériques des armes nucléaires, entre 1945 et 1980, et les rejets atmosphériques de Tchernobyl.

Fukushima fait écho à Tchernobyl en avril 1986, et nous prouve que les centrales nucléaires sont des tombe atomique et des centre de contamination massif, leur utilisation pose question pour le futur de l’humanité. Combien y a-t-il de centrale nucléaire dans le monde ? Plus de 450, alors, Fukushima, le début de la fin ?

Source: http://www.thesleuthjournal.com/radioactive-water-from-fukushima-is-systematically-poisoning-the-entire-pacific-ocean/

http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/cesium137.htm

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *